28 mars 2015 admin

Vivre ensemble à l’épreuve des défis de notre temps

Tout au long de son existence, le prophète Mohammad (saws), a toujours pris soin de rassembler dans l’égalité tout en conservant, dans la mesure du possible, les diversités et les singularités de chacun.

Aujourd’hui, dans une société où l’exclusion, les discriminations et le rejet de l’autre sont en pleine expansion, il est de notre devoir de suivre l’exemple du prophète de l’islam (saws) en s’unissant autour d’un projet commun. Il s’agit alors de ne pas se renfermer sur nous-mêmes et de s’ouvrir à la société par le dialogue et le partage. Le défi sera donc d’impulser une société du vivre ensemble dans laquelle celui que l’on considère comme étranger ne sera pas désigné comme responsable de tous les maux mais au contraire vu comme un apport à l’enrichissement de notre pays.

Cependant, cette notion du vivre ensemble est actuellement mise à mal par une radicalisation du discours d’une partie de nos politiques, mais aussi au sein du monde médiatique et ce notamment envers l’Islam. Ce matraquage politico-médiatique à l’encontre de l’Islam est tel qu’une partie de la population sombre dans une certaine islamophobie.

Toutefois, prenons garde à ne pas nous positionner en simple victime. En effet, ce rejet de l’Islam, nous devons en prendre acte avec toutes les responsabilités qui s’imposent et ainsi nous devons procéder, sans tabou, à notre auto critique dans la voie de la réforme. Car la perfection n’est jamais atteinte. En ce sens, elle ne peut être qu’un horizon que nous sommes désireux d’atteindre, et pour se faire, il faut également se remettre en question avec impartialité et objectivité. Nous devons également éviter la tentation du repli identitaire ou les excès de certains qui provoquent et alimentent la peur d’autrui. Il ne suffit pas alors de le dénoncer, il nous faut aussi essayer de changer ces comportements afin que chacun d’entre-nous se dirige vers cette société du vivre ensemble.

Le repli identitaire ou communautaire et la montée des extrêmes sont les principales conséquences de la crise sociale que nous connaissons. Il paraît donc nécessaire et urgent de reconstruire des liens forts autour de projets communs. En effet, l’augmentation perpétuelle de la circulation des capitaux, des communications, des idéologies ou des personnes entraîne la création de sociétés pluriculturelles, pluriethniques et multiconfessionnelles. Saisissons donc cette opportunité afin d’acquérir un enrichissement réciproque.

De surcroît, la société du vivre ensemble est la condition indispensable à la construction de notre avenir autour de valeurs variées, diverses mais fortes.

Le racisme, les discriminations, l’islamophobie, sont les fruits de l’ignorance et c’est en tant que citoyens musulmans que nous devons y remédier par le biais du dialogue, du partage mais aussi et surtout du respect et de la tolérance.

C’est pourquoi, les événements dramatiques qu’ont connus la France en ce début d’année ne doivent pas devenir un frein mais un accélérateur dans notre quête de rassemblement.

Par ailleurs, souvenons-nous que le Saint Coran se termine par le mot « nass » (c’est-à-dire les Hommes) ce qui légitime davantage l’idée d’une société qui croit au rassemblement des êtres dans leur diversité (et non à sa division) et ce à travers la construction d’une société du vivre ensemble.

D. Mejjati

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.