1 avril 2018 soufiane

Dis-moi quelles sont tes fréquentations, je te dirais qui tu es.

« Connais-toi toi-même et tu connaîtras les Cieux ». Cette citation de Socrate intéresse particulièrement l’intervenant Sofiane Meziani, qui pose la problématique des fréquentations pour sa foi et son identité. Il incombe de se demander comment fonctionne l’Homme, ce qui le compose en sachant dépasser la dimension psychologique et en différenciant bien ce que sont l’âme, l’esprit et le cœur. Chercher à cheminer vers Dieu revient à développer et faire interagir tout ce qui est en l’humain. Cela implique de trouver un équilibre, une harmonie entre notre matière qui nous rattache à la Terre et notre esprit qui nous renvoie à notre relation avec le divin.

 

En effet, l’Homme se trouve ainsi face à une crise de la modernité, nous sommes dans un confort matériel inégalé dans l’Histoire mais nous n’avons jamais connu de pauvreté spirituelle aussi accrue. Nous parvenons difficilement à combler le vide intérieur et à exploiter nos ressources spirituelles. L’introspection, la solitude, le silence sont à privilégier à l’extériorisation, la foule et le bruit qui sont des facteurs qui empêchent le cheminement paisible loin de l’agitation du cœur et de l’esprit.

 

Au-delà de la question des fréquentations, il faut surtout d’après notre intervenant faire face au défi de redonner une impulsion à notre spiritualité. La capacité à renouveler son oxygène spirituel devrait être la grande préoccupation quotidienne du croyant. L’islam n’est pas venu pour mettre en exergue le licite et l’illicite seulement. Nous ne devrions de ce fait pas réduire la religiosité aux règles sociales qu’elle implique. Pour apporter une réponse à cette quête de souffle spirituel, il incombe à chacun de renouer avec le message coranique et prophétique.

 

De fait, pour palier à cette soif de spiritualité et somme toute de bonheur, l’humain aura deux attitudes possibles. La première sera de s’accrocher à Dieu, qui seul est capable de combler l’homme. D’autres, se contenteront d’assouvir ce manque par la simple vie présente et ne se rendront pas compte que ce n’est qu’illusion et éphémérité.

 

Si le choix de l’homme est celui de la recherche de Dieu, il lui faut s’assurer un climat qui favorise l’élévation. Le retour à la « fitra », nature première de l’humain qui est enclin à faire le bien. Le climat ne consiste alors pas en les fréquentations sociales uniquement mais englobe également nos références, nos repères et tout autre type de fréquentation… A comprendre que le climat est tout ce qui participe à notre conditionnement et qu’il est constamment à remettre en question. Sofiane Meziani nous livre une image métaphorique qui résume bien le propos, il faut chercher à « libérer l’oiseau en soi qui étouffe dans la cage du corps. » Afin de libérer cet oiseau asphyxié, notre intervenant finit par rappeler les outils donnés par le Prophète (paix et bénédiction soient sur lui). Ceux-ci sont de s’entourer de personnes âgées, de questionner les savants et fréquenter les sages. Autrement dit, pour accéder à la Vérité nous devons nous inscrire dans une quête de l’expérience, le savoir et la sagesse.

 

Amina A.