1 avril 2018 soufiane

Les finalités du message coranique.

Au cœur de la thématique de la Rencontre de cette année, Ahmed Jaballah nous offre une conférence sur les finalités du message coranique. Le Coran est, en effet, la parole d’Allah révélée au Prophète (paix et bénédiction soient sur lui) et destinée à tous. A ce propos, on trouve de nombreux versets coraniques qui interpellent clairement les hommes à travers la formule « Ô les gens » qui expriment l’idée que le message s’adresse à l’humanité.

 

Effectivement, le premier verset révélé : « Lis ! Au nom de ton Seigneur qui a créé » commence par un impératif qui enjoint tout un chacun de lire, de s’instruire à plus forte raison. Lire mais lire au nom du Seigneur et cela inclut donc le lien qu’il est nécessaire de faire avec le divin. Ensuite, lorsque l’on décortique ce verset, Dieu insiste sur le fait qu’Il est le Créateur et que Sa création doit être propice à la méditation pour comprendre le message divin. Cette œuvre de méditation s’adresse aux savants et à tous les Hommes en premier lieu.

 

Lorsque que l’on évoque le message coranique, il incombe de parler de finalités. La parole divine ne peut être lue sans recherche de ses finalités, la parole et la finalité sont ainsi deux aspects indissociables. « Al-maqasid », les finalités consistent en l’objectif et le but recherché par la parole qui inclut des prescriptions à respecter quotidiennement ou ponctuellement par chaque croyant. En d’autres termes, réfléchir sur le Coran, c’est réfléchir pour comprendre, pour déduire, pour pratiquer l’analogie, pour arriver à saisir les prescriptions et surtout leurs finalités.

 

Dr. Ahmed Jaballah illustre son idée par deux exemples de versets qui donnent et la prescription juridique et sa ou ses finalités. « Ô vous qui croyez, le jeûne vous est prescrit tout comme il a été prescrit à ceux qui vous ont précédés, ainsi atteindrez-vous la piété » (S 29, V 183). Ce verset sur le jeûne donne de lui-même la finalité de cet acte cultuel qui dure un mois chaque année, le but premier est la piété, la crainte de Dieu. Le second exemple est un verset sur la prière à savoir : « Récite ce qui t’est révélé du Livre et accomplis la prière. En vérité la prière préserve de la turpitude et de ce qui est détestable. » Le « maqsid », ici, est tout à fait clair également, le but est de rythmer sa journée par cette prière échelonnée dans le temps pour s’éloigner de la turpitude et de ce qui est blâmable.

 

Les finalités sont cruciales pour comprendre ce qu’Allah attend réellement de nous, nous dit l’intervenant. Il précise pour autant les trois niveaux des finalités du Coran. Pour parvenir à une finalité exacte, il faut faire attention au contexte de celle-ci, on ne peut l’extraire de son contexte propre. Il existe donc les finalités au niveau des versets, au niveau des sourates, au niveau de l’ensemble du Coran. Le niveau des sourates implique de regarder les grands axes de la sourate et la conception globale de celle-ci. Le niveau de l’ensemble du Coran s’intéresse, lui, aux grandes finalités du Coran. Ce dernier niveau est le sujet de cette conférence.

 

Quels sont les grands sujets, quels sont les grands axes de finalités du Coran ?

 

Les finalités du Coran permettent une compréhension sensée et harmonieuse du texte coranique.  L’extraction de la finalité nécessite une lecture globale du texte coranique.

  1. Jaballah résume en deuxième partie de son intervention, les cinq axes du Coran développé par Mohammed Al-Ghazali.

Le premier axe est le tawhid, l’unicité de Dieu. Cet axe se positionne en premier car c’est toute une vision pour comprendre l’univers et l’au-delà qui nous attend, comprendre notre mission de calife, adorer Dieu sans intermédiaire, accéder à une harmonie de la vie de l’Homme, donner du sens. Cela permet également d’acquérir des valeurs et principes face à la perte des repères puisque l’unicité d’Allah est le repère central.

La contemplation de l’univers conduisant à son Créateur vient en deuxième axe. Elle est l’interpellation répétée sur la création d’Allah. Il convient de lire le livre d’Allah en comprenant l’univers et inversement, l’un loin de l’autre ne peut être vraiment saisi.

Troisièmement, la méditation sur les récits coraniques qui recouvre une grande partie du Coran et inclut les récits des peuples qui nous ont précédés que ce soit des peuples sur le bon ou le mauvais chemin, les récits des Prophètes puis les récits de la vie du Prophète. D’ailleurs, c’est l’une des raisons pour lesquelles la révélation a été faite par fragments. Le Coran nous invite de ce fait à avoir une réflexion portée sur l’Histoire et ce sera la méthodologie de compréhension qui construit la pensée musulmane comme a pu  le faire at-Tabari ou Ibn Kathir i.e remonter très loin dans l’Histoire pour saisir la nature de l’homme.

Quatrièmement, la résurrection et le jugement qui sont amenés par la description, les paraboles sur ce qui se passe après cette vie. Croire en ce jour dernier et ce jugement change notre conception sur la vie d’ici-bas avec la dimension ancrée en nous d’une vie qui va se prolonger dans l’au-delà. En ayant cette conception, on intègre très rapidement l’idée que cette vie est une vie d’épreuves qui va nous donner également une autre vision des épreuves que l’on subit et nous donner la patience.

En dernier lieu, vient se positionner l’axe du domaine de l’éducation et de la prescription ce qui indique que la législation doit être liée à l’éducation qui est la véritable finalité. La prescription est présente pour atteindre l’éducation du croyant. L’Islam est, comme nous le savons, venu pour parfaire les comportements.

 

Pour finir, nous rappelons que Aïcha (que Dieu l’agréée) a dit du Prophète (paix et bénédiction soient sur lui) que « Son comportement était le Coran ». Chaque musulman devrait donc suivre les pas de son Prophète à savoir vivre son quotidien à la lumière du Coran.

Amina A.